Posted by

La Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) a organisé, mardi 10 avril 2018  dans un hôtel sis à Cocody Angré 8ème tranche, un atelier de restitution des résultats du « suivi indépendant et participatif » des projets réalisés dans le cadre du Contrat de désendettement et de développement (C2D).

Débutée à 09h28, cette rencontre qui s’est tenue en présence des structures partenaires, a enregistrée les allocutions de la Coordonnatrice nationale de la CSCI (Mme Hélène GNONSAHE), du Directeur de l’AFD représenté par Mme Elodie MONTETAGRO et du Représentant du Secrétariat technique du C2D, M. Didier KOUAKOU.

Dans son mot de bienvenue, Mme GNONSAHE a remercié toutes les personnes qui ont facilité l’exécution de la mission. Selon elle, la CSCI exécute ce projet depuis janvier 2017 et les recommandations qui seront faites à cet atelier serviront de  levure pour améliorer les activités de la deuxième année.

Pour Mme Elodie MONTETAGRO, le C2D est bien plus qu’un projet de développement. C’est un partenariat de développement. Il s’agit d’un aménagement concerté du territoire où la société civile est à tous les niveaux, dans les instances du C2D.

Avant la restitution des résultats de l’année 1 par la Chef projet (Mme Félicité KRAMOH), M. Didier KOUAKOU a pour sa part fait la présentation du « formidable outil de développement» qu’est le C2D. Il a d’abord expliqué l’origine des fonds du C2D obtenus à la suite de l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE.

Faisant la restitution de la première année du projet de suivi indépendant des activités du C2D, Mme KRAMOH a informé que la CSCI a bénéficié de la part de l’Agence française de développement (AFD) d’un appui financier de 250 Millions FCFA dont 100 Millions pour l’appui institutionnel et 150 Millions pour l’exécution des activités.
Les résultats du suivi indépendant, en 2017, des projets réalisés ou en cours de réalisation, portent entre autres sur les secteurs de l’éducation-formation, de l’agriculture, des infrastructures routières, de la santé et de l’adduction en eau potable, dans 10 coordinations que sont les Districts Autonomes d’Abidjan et de Yamoussokro et les Régions du Gbêkê, Gontougo, Guémon, Haut-Sassandra, Poro, Tonkpi, de l’Indénié-Djuablin, de San-Pedro.

La chef projet a expliqué, en présence des coordonnateurs régionaux, que la méthode de suivi indépendant et participatif des travaux, déployée sur plusieurs mois, a été axée sur « le suivi physique des projets et la perception des populations bénéficiaire ». Cette politique a été l’œuvre de 86 enquêteurs dont 84 coordonnateurs régionaux et deux membres de l’équipe projet formés à cet effet.

L’initiative vise à soutenir le gouvernement ivoirien dans son combat en faveur de l’amélioration des conditions de vie des populations. Le renforcement du dialogue avec les populations, et les solutions rapides aux blocages dans l’exécution des travaux figurent parmi les défis à relever pour l’année 2018.

Treize (13) autres coordinations seront intégrées pour cette année 2 du projet.

En plus de la Représentante de l’AFD et du Responsable du suivi et évaluation du C2D ; des représentants des Ministères du Plan et du développement, des Ressources animales et Halieutiques ont rehaussé cette cérémonie de leur présence.